Le secteur industriel français rejette chaque année l'équivalent de la production électrique de 6 réacteurs nucléaires sous forme de chaleur appelée chaleur fatale.

6 réacteurs nucléaires

Le secteur industriel français rejette chaque année l'équivalent de la production électrique de 6 réacteurs nucléaires sous forme de chaleur appelée chaleur fatale.

La consommation de combustibles dans l'industrie pour un usage énergétique se partage entre : 51% pour les fours et séchoirs 39% pour les chaudières.

51% pour les fours et séchoirs

La consommation de combustibles dans l'industrie pour un usage énergétique se partage entre :
51% pour les fours et séchoirs
39% pour les chaudières
.

Notre technologie est destinée à valoriser des fumées d’une température supérieure à 450°C et d'une puissance de l'ordre d'un mégawatt.

1 Mégawatt

Notre technologie est destinée à valoriser des fumées d’une température supérieure à 450°C et d'une puissance de l'ordre d'un mégawatt.

Notre solution rend possible la valorisation des pertes thermiques, notamment dans les secteurs tels que la métallurgie, la verrerie ou la chimie

Métallurgie, Verrerie, Chimie

Notre solution rend possible la valorisation des pertes thermiques, notamment dans les secteurs tels que la métallurgie, la verrerie ou la chimie.

Sur 160kW thermique valorisés, notre module de cogénération produit 40kW mécanique, soit un rendement supérieur à 25%.

Supérieur à 25%

Sur 160kW thermique valorisés, notre module de cogénération produit 40kW mécanique, soit un rendement supérieur à 25%.

Engagée dans la transition énergétique, Ananké place les industriels au cœur de sa stratégie afin qu'un autre souffle vert pour l'économie soit possible.

Une identité marquée

Engagée dans la transition énergétique, Ananké place les industriels au cœur de sa stratégie afin qu'un autre souffle vert pour l'économie soit possible.

MOT DU

PRESIDENT

« Confrontée à ses limites, l’exploitation des matières fossiles génère des crises environnementales et énergétiques inédites. Annonciatrices d’un cataclysme sans précédent, elles appellent à une évolution sociétale nécessaire au nom de l’environnement. C’est à travers ces changements structurels que la transition énergétique anime un challenge planétaire que chacun peut incarner à son échelle. A l’ère du big data, nous sommes alors acteurs de cette révolution industrielle qui soutient l’émergence de réseaux d’énergies intelligents. Propulsés au cœur de la production d’un mix énergétique toujours plus diversifié, nous pouvons y contribuer en exploitant les ressources à notre portée, dépassant ainsi notre simple condition de consommateur.
Face à ce défi global, les acteurs publics et privés doivent unir leurs efforts en faveur d’une efficacité énergétique démocratisée. Pour conduire ce changement, l’Industrie est l’une des portes d’entrée stratégiques : l’adoption de pratiques adaptées et l’intégration de solutions innovantes sont deux clés indispensables à la mise en œuvre de cette transition énergétique, laquelle n’incarne pas une fatalité mais davantage un vivier d’opportunités à saisir et à provoquer. »

Brice Bryon

Ingénieur en aéronautique et spatial, j’intègre l’entreprise ASSYSTEM jusqu’en 2015. Je commence comme Ingénieur Mécanique et évolue vers la fonction de Business Unit Manager et responsable innovation. Mon expérience de Directeur de l’Ingénierie et de l’Innovation au sein de FIVES CINETIC m’a permis d’acquérir les compétences nécessaires à la fonction de Président d’Ananké

LE CONCEPT

EN VIDEO

Ananké soutient

La transition énergétique

0 %
Objectif de réduction de la consommation d'énergies primaires d'ici à 2028, par rapport à 2012

La réduction de la consommation d’énergie dans tous les secteurs – bâtiment, transports, industrie, agriculture – est la clé pour atteindre les objectifs fixés dans l’Accord de Paris sur le climat. Cela passe à la fois par le développement de technologies sobres en énergie, mais aussi par la modification des comportements de tous les acteurs économiques. Le cap est clair : notre consommation finale d’énergie devra baisser de moitié d’ici 2050.

Concrètement 

  • Mettre fin à la vente des véhicules thermiques en 2040.
  • Renforcer l’efficacité énergétique des bâtiments : construction de bâtiments neufs performants, rénovation de l’existant, intégration des énergies renouvelables.
  • Donner un juste prix au carbone dans toute l’économie y compris via la promotion, au niveau européen, d’un prix-plancher du carbone et d’une tarification aux frontières européennes compatible avec les règles du commerce international.
  • Prolonger et renforcer le dispositif des certificats d’économies d’énergie.
0 %
Objectif de réduction de la consommation énergétique finale en 2028

 

Dans le scénario de référence, la consommation primaire d’énergies fossiles, qui était de 1 394 TWh en 2017, recule de près d’un tiers en 2028 pour atteindre 942 TWh. La décroissance est plus importante pour les énergies fossiles ayant un contenu carbone plus important. Ainsi, en 2028, la consommation primaire de charbon devrait diminuer de 80 % par rapport à 2012 pour atteindre 28 TWh via la sortie du charbon comme moyen de production d’énergie. Les consommations restantes concerneront très majoritairement le secteur de la sidérurgie pour lequel il n’existe pas encore de méthodes opérationnelles pour substituer massivement le charbon. Les produits pétroliers devraient diminuer de 34 % par rapport à 2012 pour atteindre 569 TWh et le gaz naturel devrait diminuer de 22 % par rapport à 2012 pour atteindre 345 TWh PCI.

Concrètement 

  • Donner un juste prix au carbone dans toute l’économie
  • Mettre en place un nouveau mécanisme de marché : les certificats d’économie d’énergie (CEE).
  • Diminuer les besoins énergétiques des activités humaines.
  • Mettre fin à la vente de véhicules thermiques en 2040.
0 %
Objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2028

La France est l’un des tous premiers pays au monde à avoir inscrit l’objectif de neutralité carbone dans sa législation à travers l’article 1er de la loi énergie climat du 8 novembre 2019. Notre pays prévoit ainsi d’atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici à 2050. Pour y parvenir, le Gouvernement a fixé l’objectif de diviser au moins par six nos émissions en 2050 par rapport au niveau de 1990. Les secteurs concernés sont notamment le bâtiment, le transport et l’industrie.

 

Concrètement 

  • Mettre en œuvre le Plan de rénovation énergétique des bâtiments
  • Maintenir des aides incitatives pour l’installation de chauffage renouvelable. Un chauffage renouvelable est un chauffage assuré par des pompes à chaleur, des chaudières biomasse, des systèmes solaires combinés ou un raccordement à un réseau de chaleur renouvelable.
  • Atteindre de la manière la plus efficiente l’objectif européen pour 2030 de 37,5 % de baisse des émissions de CO2 des voitures neuves vendues par rapport à 2021.
  • Poursuivre l’augmentation des sollicitations du prêt éco-énergie (PEE) distribué par BPI France qui est dédié aux TPE-PME réalisant des travaux éligibles aux certificats d’économie d’énergie. Prolonger le dispositif PEE jusqu’en 2025.
0 %
Objectif de consommation finale d’énergie d’origine renouvelable en 2028

Notre mix énergétique doit évoluer vers une énergie sans carbone et favoriser davantage les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique, géothermie, biomasse). La diversification du mix électrique est essentielle, car elle vise à rendre le système électrique français plus résilient face à de possibles aléas. Trois leviers sont essentiels à la diversification du mix énergétique : développer les énergies renouvelables, réduire la part du nucléaire et diminuer l’usage des énergies fossiles.

 

 

Concrètement 

  • Augmenter de 40 à 60% la production de chaleur renouvelable dès 2028.
  • Accroître le soutien de l’Etat à la filière biogaz à hauteur de 9.7 Md€ pour qu’elle représente 6 à 8% de la consommation de gaz en 2028.
  • Fermer 14 réacteurs nucléaires, dont 4 à 6 d’ici 2028 (y compris les 2 de Fessenheim en 2020).
  • Sortir complètement du chauffage au charbon chez les particuliers et du charbon dans les réseaux de chaleur d’ici 2025.

Technico-Commercial

Ananké, jeune entreprise innovante créée en septembre 2017, voue son activité à l’efficacité énergétique. À l’heure où le mix énergétique conduit les industriels à repenser

Lire en entier >>

Ingénieur Mécanique

Ingénieur Mécanique Ananké, jeune entreprise innovante créée en septembre 2017, voue son activité à l’efficacité énergétique. À l’heure où le mix énergétique conduit les industriels

Lire en entier >>

DES VALEURS

DES SAVOIR FAIRE

DE L'EXPERTISE

UNE EQUIPE

Ananké

sur les réseaux